La Ville d'à Côté

Texte de Marius Ivaskevicius / Traduit du lituanien par Akvilé Melkunaité /
Une coproduction A l'Entracte, Moteur ! et Emilie Spitale / Création 2018.

La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
La Ville d'à Côté / Photo Valentin Bretel
Coline Fairfort (lumières), Cyr (Scénographie), Emilie Spitale (mise en scène)
La Ville d'à Côté / Photo Coco Chan
La Ville d'à Côté / Photo Coco Chan
 
prop%20fly_edited.jpg

À propos

La Ville d'à Côté, un drame contemporain en deux actes.

Cinq ans après avoir découvert ce texte à la MEEC de Pont à Mousson en Lorraine, texte traduit en français par Akvilé Melkūnaitė qui travaille, entre autre, pour la compagnie d'Oskaras Koršunovas et qui m'a ouvert les portes de Vilnius en Lituanie, après avoir rencontré son auteur et son théâtre, être allée en Suède et au Danemark sur la route où se passe le récit, je réunis autour de moi une équipe formidable pour monter La Ville d'à Côté.


Synopsis : Anika Svantensson, mère de famille nombreuse, mène une existence paisible et rangée à Malmö en Suède. Elle contemple de sa fenêtre tous les jours les lumières de Copenhague, située sur l'autre rive, côté danois. Elle se demande pourquoi, chaque week-end depuis des années, son mari Svante prend le bateau pour s'y rendre et ce qu'il y fait. Anika a la phobie de l'eau, une peur viscérale qui l'empêche de prendre le ferry. Cela maintient l'équilibre de la famille, un équilibre où chacun est à sa place. Cela pourrait durer une vie entière. Un jour, la Suède et le Danemark se lient. On inaugure le pont de l'Øresund. La traversée de la mer devient une route solide entre Malmö et Copenhague. Pour la première fois de sa vie, Anika a le pouvoir d'expérimenter ce qu'il se passe de l'autre côté. Cet ailleurs paraît de plus en plus proche pour cette femme qui s'aventure désormais dans une voie guidée par ses désirs jusqu'alors en sommeil. Svante, pour qui la famille est le lieu de l'enracinement, assiste impuissant à l'émancipation de sa femme, qui sèmera bientôt le trouble dans la stabilité de ce qu'il croyait avoir construit. La Ville d'à Côté ouvre la boîte de pandore des pulsions humaines enfouies et nous plonge au cœur de l'autre rive, celle du chaos et de la liberté qui explose, à travers une écriture à la fois allégorique et concrète, qui laisse parler les silences. Dans un climat scandinave, où la lumière provient des maisons, se pose alors la question universelle du couple et des bouleversements qui bousculent une intimité que l'on croyait acquise à jamais.

Ce projet n’aurait pas pu voir le jour sans l’aide des 36 mécènes de kisskissbankbank, du Théâtre du Jour (Agen), du théâtre de l'Oiseau-Mouche (Roubaix), de la Compagnie Les Bourgeois de Kiev, des théâtres de l'Antre 2 et de la Verrière (Lille), du théâtre des Tisserands (Lomme), du 188, sans oublier Marius Ivaskevicius, Akvilé Melkunaité, toute l'équipe de création et notre société de production A l'Entracte, Moteur ! 

 
 

Hybride Woman

Texte, mise en scène et jeu : Emilie Spitale

Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
Hybride Woman / Crédit Photo : Andrea Bresciani / 2015
12915200_10207678425891449_14255756_o.jp
12919343_10207678425811447_1111069017_o.
 

À propos

Synopsis : Une jeune femme romantique vient de se faire remercier par l'homme qu'elle croyait amoureux. The Hybride Woman Show raconte l’histoire d’une jeune femme solitaire, désabusée par le monde qui l’entoure, qui se débat pour remonter la pente étape par étape. D'abord désireuse de rompre avec les autres puis avec elle-même, elle continue d'avancer face à un quotidien effrayant. Pourtant, malgré ses doutes et ses faiblesses, la lutte pour exister est plus forte. Derrière les multiples abandons auxquels elle doit faire face, elle parvient peu à peu à réinventer sa vie.


Tout a commencé il y a une dizaine d'années. Émilie Spitale, jeune auteure et comédienne s’inspire de ses mésaventures quotidiennes et les raconte à qui veut bien les entendre.

"Les dialogues de l'intime ont toujours été pour moi des mines d'or où l'on peut puiser les plus hautes extravagances sans filtres et détour."


Elle sillonne alors les bars de quartier puis les petites salles de spectacle, nous invitant à partager son univers tantôt intimiste, tantôt sarcastique, tantôt déjanté, tantôt clownesque.

C’est une performance hybride qui évolue sans cesse grâce aux sentiments qu'elle véhicule mais aussi et surtout avec le public qui se reconnaît à travers les différentes situations évoquées. Ici, pas de quatrième mur.


Entre Stand Up, Théâtre et Autobiographie, l'héroïne nous confie sa vision du monde avec ses failles, ses paradoxes mais aussi ses projections et ses fantasmes. C’est un spectacle à voir et à ressentir, un spectacle défiant les stéréotypes et les genres, en un mot, un spectacle inclassable.


Raconter une histoire sans détour et la faire partager de façon simple, tel est le parti pris. Seuls artifices : un micro sur pied, du sérum phy, un bâton de rouge à lèvres … et sa fantaisie désinvolte.

 

En Forme.

Dialogue à deux personnages / Cyr (Musique électronique) et Emilie Spitale (Texte et jeu)
L'intériorité brutale s'exprime avec des sons / 
L'image fémininine parle de corps et de mots.

Projet pour 2021.

En Forme.
En Forme.
 

À propos

En forme est né de mon admiration pour toutes ces femmes, plus âgées que moi qui ont participé activement à ma vie d'adulte qui commençait. Fortes, belles, au caractère flamboyant, le sourire comme arme ultime face à un rythme de vie démentiel, à l'image de certaines publicités des années 90 comme Barbara Gould ou encore Mentos, ces femmes incarnent encore aujourd'hui l'image d'Epinal de la « Femme Moderne ».

Or, dans la réalité... Inutile de développer la suite.

Ca grouille ici, partout, tout le temps.
Trouver un peu de calme. Une nécessité.
Peut-être les toilettes sombres d'une discothèque.
Au loin les basses font encore vibrer la musique à l'intérieur de ce corps usé. 
Si l'on ouvre la porte, les sourires affichés, les danses effrénées et la mélodie.
Peut-être les toilettes sombres d'une discothèque comme la métaphore du présent de ce corps de femme qui s'y abrite.
Cette femme sourit année après année, elle se tient droite, fière, toujours debout. 
Tout va toujours bien. 
Invincible au yeux du monde. 
Regardons à présent cette femme dont le corps lache à l'abri des regards. 
Surtout ne rien laisser transparaître. 
A l'intérieur, ça boue, ça gronde et hurle. 
Les basses vibrent de plus belle et sa carcasse toute entière tremble.
Ce que l'on donne à voir ? 
En lumière sur le dancefloor.
Ce qui devrait être vu et compris est enfermé dans 4 mètres carrés sombres. 
La solitude mêlée à tout ce monde.
L'indicible n'est plus qu'un chaos mélodieux. 
Impossible de le faire taire. 
Alors, il crie.

Actuellement, nous démarrons la production du projet. Deux résidences de création sont à venir à Nantes en Juin 2020 ainsi qu'à Liège en Novembre 2020. Nous cherchons actuellement des partenaires sensibles aux nouvelles formes d'écriture et à la pluridisciplinarité. Des candidatures à des appels à projet allant dans ce sens sont en cours. Notre objectif est de présenter En Forme lors du Festival Astropolis qui se tiendra en Juillet 2021 avant d'organiser un parcours itinérant dans de nombreux lieux ouverts à la création musicale et théâtrale.

 
  • Facebook
  • Facebook
  • Facebook
  • Instagram

©2020 par Emilie Spitale, Artiste Libre. Créé avec Wix.com

La Ville d'à Côté / Photo Coco Chan

Steven Dos Santos (Svante) / 1ère sortie de Résidence / Agen 2017

Go to link